Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2012

David McCandless a Paris !

Dans le cadre d' Expoviz David McCandless a lancé la conférence "la datavisualisation aujourd'hui et demain" pendant plus d'une heure. Il a notamment expliqué la genése de son ouvrage :

 

2012-06-24 21.05.14.png

Pour accoucher de cet ouvrage majeur il a su laisser le temps au temps. Une fois une longue période de doute après l'idée initiale il s'est enfin attelé à la production en commençant par ... réfléchir pendant 2 ou 3 mois "pas de recherche, pas de croquis, pas de design" juste "vider son cerveau avec un tableur excel" ;-((

Une datavisualisation ne doit jamais commencer par les données. Il faut au préalable "avoir jeter toutes les idées sur la table" . En effet une datavis c'est comme une phrase, elle doit avoir du rythme et ce tempo dépend à la fois du concept et du story telling (1) qui a été choisi.

On ne peut pas atteindre ce niveau si on n'a pas respecté cette phase de brouillard au début du processus.

Lorsqu'il avance dans le temps de la conception David peut alors "jouer avec les données " de façon à favoriser "une prise de recul" et "s'éloigner du caractère formel des données".

Comme l'a fort bien résumé lors de la table ronde sur le datajournalsime Karen Bastien de Wedodata "il s'agit de transposer une réalité abstraite en une fiction concrète".

Au final "en jouant avec les données on apprend en s'amusant" ce qui est beaucoup plus intelligent et efficace que de s'instruire en s'écoutant parler comme beaucoup font (ou en se relisant ce qui revient au même).

David nous parlait essentiellement des data visualisation mais ses observations rejoignent tout à fait mes intuitions. Je suis d'ailleurs en train de synthétiser tout ça dans une méthodologie en 3 étapes. Rendez vous dans quelques mois.


(1) On a souvent une vision caricaturale du story telling compte tenu de ses liens avérés avec les spins doctors" mais ce n'est parce que ces derniers ont redécouverts le pouvoir des métaphores qu'il faut jeter ces métaphores avec l'eau du bain.


Quand M6 découvre la pyscho géographie

On s'attend plus à entendre parler de la pyschogéographie et du situationisme sur Arte que dans un des feuilletons phare de M6 ...

Et pourtant la semaine dernière dans l'hyper populaire "scènes de ménages" on pouvait voir ça : 

 

2012-06-24 18.59.01.png


Il faut consulter la vidéo  Episode 1273 (saison 3) et ça commence un peu après 2 minutes.

Pour ceux qui ne connaissent pas il vaut mieux consulter le pitch de ce jeune couple avec BB censé opposer la  femme reine de la bricole et le  mari prof intello  


21/06/2012

"Quand la musique fait le grand 8"

En ce 21 juin ce billet est un spécial "faites de la musique"

Vous connaissez bien sur les illusions d'optiques mais connaissez vous les illusions sonores ? (haut parleur indispensable ;-°))

Jean Claude Risset nous propose, entre autres, une illustration sonore de cette gravure d'Escher.

Il faut s'accrocher pour vraiment tout comprendre.  Il faut sans doute être musicien ET physicien. En fait ça va un peu vite ....

 

cascade.GIF



ff

19/06/2012

Vite Expo Viz

La Fonderie Numérique organise une superbe expo sur la Visualisation de Données en plein coeur de Paris mais attention jusqu'à vendredi 23 juin seulement. 

 

2012-06-18 22.33.03.png


Conçue en mode curation, notamment par Loïc Haÿ, elle propose une série de panneaux qui seront disponibles en open source pour d'autres expo (avis aux provinciaux) grâce à un kit d'itinérance. De plus ils sont d'ores et déjà en ligne 

Que cela n'empeche pas les parisiens de se déplacer ce qui leur permettra de voir également le magnifique cloître des Cordeliers en plein coeur du quartier latin. Si vous leur rendez visite vous pourrez accéder en plus à une mini librairie avec notamment le bouquin de Jaques Bertin diffcillement trouvable  sur la sémiologie graphique.

 A signaler également une salle d'application avec de la vraie 3D (des legos pour tous les âges ;-°)) et la superbe table tactile Archividéo  pour se balader dans toutes les constructions en France. 

Cet évenement a donné lieu à 2 dispositifs crées pour l'occassion : 

1) La Dataviz de la Dataviz 

 

2012-06-19 08.07.02.png


Loïc explique que ce dispositf a été conçu pour s'adapter au format de l'expo (panneau de format 1 m x 1,5 m). L'effet planisphére (zoom si vosu préférez) est à la base de cet mise en scéne. De loin on voit l'économie générale de la démarche présenté et en se rapprochant on voir peut découvir les détails.


2) la cartographie des outils de Dataviz  

 

2012-06-19 08.37.00.png


Encore en devenir (il manque notamment les liens vers les sites des outils) cette carte de métro est sans doute la rescension la plus compléte en langue française sous cette forme.

Pour finir je fais une suggestion d'ajout de paneau pour les versions futures de cette très belle expo. Il manque un panneau "les chefs d'ouevres de la visualsiation de données" qui pourrait noatmment metttre en valeur la carte de Tendre, le plan de Turgot et bien sur la retraite de Russie histoire de rappeller que toute cette approche n'est pas née avce le web.  

 

15/06/2012

Comment créer une carte des empathies / des perceptions sous Google doc

En complément de mon billet sur la carte des perceptions voici un petit tutorat pour créer ce type de carte sous Google Docs (en anglais )  :

2012-06-14 22.27.22.png



14/06/2012

Carto, foot et tweets

Syllabs encollaboration avec Intactile Design  lance Stats n' Twetts pour mettre en scène la performance des joueurs de l'Euro et leur e-reputation via Twitter

2012-06-14 21.40.02.png





"Afin de proposer une regard neuf sur la compétition, la Stats n’Tweets Arena permet aux fans de foot d’apprécier différemment les 31 matchs de la compétition en confrontant la performance des joueurs et leur réputation. Hébergée par TF1 et Eurosport sur un site dédié pendant toute la durée de la compétition, Stats n’Tweets Arena est actualisée chaque minute en analysant d’une part les messages Twitter évoquant les joueurs et d’autre part, leurs performances pendant les matchs. Ainsi au fur et à mesure de la compétition, les fans de foot pourront découvrir les joueurs les plus appréciés par les internautes grâce à l’analyse automatique du discours (e-réputation) mais également les mots les plus récurrents concernant chaque joueur. De même, vous pourrez découvrir les attaquants les plus adroits devant le but ou bien les gardiens les plus sollicités. Dimanche 10 juin, plus d’un million et demi de tweets ont été collectés à ce sujet."


C'est un très bel exemple de traitement automatique de la langue et de visualisation de données. Ce type d'approche (c'est une vitrine) pourrait bien donner un grand coup de vent sur les outils de veille dans un futur proche. 

Même si je n'étais pas de l'aventure cette fois ci cette appli est également la grande soeur de Partie 2 campagne que j'avais réalisé avec Christophe Tricot fin 2011 pour le concours data journalisme Google où nous avons été finaliste :
http://www.serialmapper.com/archive/2011/12/08/partie-2-c...

Au delà de ces considérations voilà de quoi briller auprès des footeux de votre entourage. N'hésitez à faire de la promo.

Le communiqué de presse se trouve ici 

PS : si on m'avait dis que je passerai mes soirées à parler foot avec vous moi qui ai toujours eu très peu d'intérêt pour ce truc... Décidemment la carto mêne à tout ! 


13/06/2012

Carte des perceptions collectives : mise en scène de l’information et la veille.

La matinée que j'ai animé le début juin à l' ADBS consacrée à  « la mise en scène de l’information au service de la veille et du KM » a réuni près de 100 personnes.

Je reviendrai prochainement sur la cartographie des flux éditoriaux que j'ai réalisé avec Béatrice Phoenix-Riou. 

Je veux d'abord vous faire partager l'expérience colective que j'ai animé grâce à un dispositif visuel, librement inspiré de la carte des émotions (voir l'ouvrage business model nouvelle génération ).

Pas évident de faire produire une carte par 100 personnes ? Eh bien c'est la deuxiéme fois que je tente l'expérience avec à chaque fois un dispositif spécifique. La fois précédente c'était pour Just Map IT en novembre 2011 avec le quadrant Ocean Bleu sur le théme "ce que sera la carto de l'info dans 3 ans".

Je vous laisse juge du résultat mais maintenant je sais doublement quoi répondre à l'antienne : "les cartes c'est très personnel et ça passe pas en groupe" . 

 

2012-06-13 22.16.49.png

 

Près de 65 mots clés sont repris dans ce dispositif. Nous avons ainsi créé une vision très riche de cette problématique et mon intuition me dit que cela fera date.


Je laisse la parole à Béatrice Foenix-Riou qui m'a aidé avec Olivia Zarcate (Imagidroit)  et Nathalie Douville (ADBS)  à collecter les post it dans le public :

La matinée s'est terminée par une expérience collaborative, menée avec l'ensemble des participants.
L'objectif était d'appréhender la perception qu'avait ces derniers de la mise en scène de l'information appliquée à la veille. 

 Quatre questions leur ont donc été posées, auxquelles ils ont dû répondre par un (ou plusieurs) mots sur un post-it :

La mise en scène de l'information et la veille :
- qu'en voyez-vous ? (environnement, collègues, ce que le marché propose...)
- qu'en dites-vous ? (dire, faire, pratiquer...)
- qu'en entendez-vous ? (ce que j'en entends ; ce que dit mon chef ; ce qu'en disent les personnes qui comptent..)
- qu'en pensez-vous ? (ce que j'en pense, ce que j'en ressent, ce qui est vraiment important, inquiétudes et inspirations...).

Les post-it ont ensuite été relevés et collés sur une carte.

 

Prenez donc quelques instants pour parcourir la carte. Nous vous proposons de suivre le même chemin que lors de nos travaux  en lisant la carte dans le sens des aiguilles d'une montre en commençant par « la mise en scène de l’information ce que j’en vois ».

 


23/05/2012

Indifférente curiosité : 3D et infographie

Raphaël Enthoven dans une récente chronique sur France Culture remet la 3D cinématographique à sa place. 

 

the-history-of-3d-cinema-0.jpg


D'emblée  il évoque la 3D comme "une solution à un problème qui n'existe pas". Les trops envahissantes lunettes "séparent le spectateur de son spectacle".

De plus la 3D est hors sujet : c'est comme "ajouter de la profondeur au plan, de l'espace au temps"Bref la 3D représente "la victoire de la technique sur l'intelligence".

Excessif ? Songez à la différence entre la 3D où "la profondeur vient à nous (par rapport)  à l'invention de la perspective". "on reçoit les informations avec la 3D alors que l'on doit les reconstruire avec la perspective"  

D'un point de vue cinématographique Raphaël Enthoven explique en s'appuyant sur la Rose Pourpre du Caire que "la 3D ne fait que gonfler l'écran alors que le cinéma épouse la réalité  quand l'acteur du film de Woody Allen rejoint la spectatrice dans la salle". 

L'injonction "la 3D c'est le réel " n'est donc qu'une illusion : "la 3D c'est un trompe l'oeil qui ne trompe personne , une indifférente curiosité" 


Cette chronique se termine par une citation de Deleuze qui me parlait pas de 3D mais qui est  très pertinente y compris pour l'objet de ce blog :

"quand la grandeur n'est plus celle de composition, mais un pur et simple gonflement du représenté, il n'y a plus d 'excitation cérébrale et de naissance  de la pensée " 

Maintenant je vous propose d'appliquer cette citation aux infographies que l'on voit se répandre partout sur le web : appréciez la pertinence du jugement et  jouissez d'enfin pouvoir comprendre Deleuze !  

Que dire en effet de ces dispositifs qui se vautrent dans le gonflement de pseudo faits (souvent non sourcés) et dont la composition se limite à une juxtaposition hétéroclite de représentation graphico / statistiques. Fort logiquement ils ne suscitent d'ailleurs qu'"une indifférente curiosité".

Vous pensez que j'y vais trop fort ? Comment expliquez vous allors la persistance de ce format dazibao tout en étroitesse et en longueur très difficile à déchiffrer sur écran même à grand coup de zoom  (et quasiment impossible à imprimer) ?

De fait  nos modernes infographies ne sont -elles pas un trompe l'oeil qui ne trompe personne ?

 N'ont-elles pas de fait renoncer à l ambition de provoquer une excitation cérébrale  voire une véritable naissance de la pensée au delà d'une anecdotique mise en chiffre loin de la réalité ?

Oui on a trop souvent le seniment que la visualisation n'est là que pour assurer le gonflement du représenté par le biais de juxtaposition hétéroclite au détriment d'une nécessaire reconstruction de l'information par le lecteur. On est loin de la nécesaire mise en scéne . 

Bref les infographies sont-elles une solution à un probléme qui n'existe pas ? 


A vos commentaires il me semble que ce post appelle débat ...


PS 1 : Ce billet s'applique aux infographies strcio sensu. Je m'interroge sur le data journalisme par rapport à cette problématique et je n'ai pas encore de réponse.


PS 2: Encore merci à France Culture pour nous proposer des chroniques si inetlligente dès potron minet (7 H 20 quand même).  Indigeste pour vous de si bon matin ou pas disponible  ?  il y a maintenant toutes les émissions en podcast




 

14/05/2012

Manif : La mise en scène de l'information au service de la veille

J'ai le plaisir d'être invité par le secteur « Veille et Recherches sur Internet » de l’ADBS à donner une conférence  qui aura lieu le vendredi 1er juin, de 9h à 13h,  sur le thème de « la mise en scène de l’information au service de la veille et du KM ».

"Cette demi-journée a pour ambition de donner aux participants des pistes qui leur permettront de compléter leur posture d’analyste par celle de metteur en scène de l’information. 

Claude Aschenbrenner proposera, lors de cette matinée, un parcours en trois séquences :

1) pour la première fois en public, il présentera sa méthodologie d’aide à la mise en scène de l’information, ancrée sur une démarche de questionnement visuel en trois étapes : Brouillard, Brouillon, Communication (B.B.C). Cette nouvelle approche permettra aux participants de progresser dans l’analyse synthétique de leurs problématiques en élargissant leur palette d’outils graphiques et visuels ;

2) en co-animation avec Béatrice Foenix Riou, animatrice du secteur Veille et auteure de l’ouvrage « Recherche éveillée sur Internet : mode d’emploi », il présentera un retour d'expérience de l’approche B.B.C, à travers une mise en scène des flux de l’Internet, de ses fleuves et de ses affluents ;

2012-05-14 22.02.37.png

                                                           

3) Enfin il construira en direct avec les participants la carte des perceptions de la mise en scène de l’information, à travers un dispositif graphique facilement réutilisable.

Passionné par l’utilisation de la vision pour penser et par l’archéologie des technologies intellectuelles, Claude Aschenbrenner est, depuis plus de 10 ans, l’un des pionniers en France de l’utilisation de la cartographie de l’information.

Il a notamment créé en 2007 le blog Serial Mapper, a organisé deux colloques consacrés à la cartographie de l’information à l’ESIEE et a co-fondé en 2011 l’association MetaCarto, dédiée à la mise en scène de l’information, dont il est vice-président.

La participation à cette matinée est gratuite (dans la limite des places disponibles), mais est strictement réservée aux adhérents de l’ADBS. "

J'ai néanmoins obtenu des organisateurs 5 places qui seront réservés en priorité  aux adhérents de MetaCarto à jour de leur cotisation. Si vous êtes intéréssés merci de m'envoyer un mail

Merci donc au secteur veille de l' ADBS pour cette ouverture et son inivtation !

01/05/2012

Twitter lunch sur la carto

Social Computing les organisateurs de Just Map IT reviennent avec 1 livre blanc et une rencontre au format original ce jeudi midi : 

 

2012-05-01 21.18.49.png

"Social Computing sort un Position Paper sur la cartographie d’informations pour l’année 2012, l A l’occasion de cette sortie, nous vous proposons de nous retrouver autour d’un bon petit plat pour discuter de ce vaste sujet !"

PS : je ne pourrais malheureusement pas être présent