Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2010

Biblio : Un cartographe au royaume des mots

Vous connaissez sans doute l'académicien Erik Orsenna. Je vous conseille la lecture, durant ce magnifique été,  de son dernier ouvrage l'Entreprise des Indes où il dénonce de manière forte le génocide des autochtones sud américians :

0000erik o.png

Outre sa qualité littéraire et documentaire (Cf le prière d'insérer à la fin du billet) l'auteur nous offre de magnifiques notations sur les cartes :

"Au fond, chaque carte est une peau. Comme une peau, elle confère l'identité. comme une peau, elle est sac; elle évité que les réalités contenues en elle ne s'évident


(...)
Une carte ne sert pas seulement à définir la frontière entre la Terre et la Mer. Elle recueille des diversités et les rassemble. mieux les assigne à résidence.

(...)

Rien ne procure plus de paix que la lecture d'une carte. A suivre son tracé, le monde parait si simple, si ferme , si certain ... Qui pourrait imaginer l'envers de cette carte, ses coulisses, ses entrailles, les efforts qu'il a fallu déployer pour aboutir à ce simple trait, les interrogations, les enquêtes, les déductions , les recoupements ... ?  "

L'intérêt d'Erik Orsenna pour les cartes n'est pas une simple posture comme le montre la page d'accueil de son site internet :

0000erik archipel.png

Pas mal pour un académicien français  !

Je ne résiste pas à cette dernière citation  :

(..) ce n'est pas moi qui vous apprendrai que le mot (curiosité) vient du latin cura, qui veut dire "cure" "soin". le curieux est un médecin, il prend soin du monde." (1)

Comme promis voici le texte de la quatrième de couverture :

Lire la suite

16/12/2009

Serial routes

La check liste du Monde (abonnés) a mis en exergue cette magnifique réalisation : Les plus grandes expéditions sur une carte dans les termes suivant :

0good.png

Les célèbres explorateurs de ce monde ont toujours fasciné l'imaginaire collectif. Le site californien Good.is a réalisé une mappemonde (http://awesome.good.is/features/011/Wanderlust/) qui retrace vingt-trois des plus célèbres expéditions de l'Histoire. Cette carte interactive recense les grands pas de l'humanité sans pour autant négliger les grandes œuvres littéraires. Ainsi, le premier vol aérien transatlantique en 1919, la Route de la soie, l'expédition du navigateur Magellan, ou encore le voyage de Marco Polo au XIIIe siècle côtoient d'autres récits écrits tel que l'indispensable Tour du monde en 80 jours de Jules Verne, le road-trip beatnik à travers les Etats-Unis de Jack Kerouac dans Sur la route, ou encore la traversée des océans du Pequod de Moby Dick (Melville). Il ne manque même pas à l'appel le plus improbable d'entre eux, Le Voyage au centre de la Terre.

Merci à Marie-Pierre Lacroix (qui détient sans doute le record de billets crées sur ce blog par ses signalements)

PS : prenez le temps de jouer avec ce dispositif : il y a plein de ressources cachées.

 

 

06/12/2009

Villes, Cartes et littérature

De même que ce n'est pas un lieux commun de dire que l'on ne fait pas de littérature avec des bons sentiments, les exemples de bonne  littérature rurale sont rares (1). La littérature me semble essentiellement urbaine. Ce billet dédié à la collection les écrivains et la ville publiée chez Bloomsbury  ouvre bien des horizons avec ses cartes associées :

 

0liet.png

 

(1) il faut cependant sauver Zola.

03/06/2009

rhétorique néolibérale et cartographie

A l'heure où la "campagne" électorale répond de moins en moins à la question que tout le monde devrait se poser "c'est où qu'on va quand ?" (1) il est rafraîchissant de constater que certain utilise la cartographie éditoriale pour réaliser un véritable travail de fond.

Un de mes lecteurs vient de m'envoyer son œuvre. Intitulé "les mots ont un sens" ce nouveau plan de métro se veut la mise à plat de la langue néolibérale :

 

1 novlangue.png

Attention pour que l'expérience soit complète il faut écouter le fichier son !

L'auteur art-erroriste (sic) précise

Cartographier cette langue grâce à un « réseau » de concepts permet d'en appréhender l'étendue, ses ramifications, ses connections et peut-être ses lacunes. La carte présentée est l'illustration sous forme d'un plan de métro de la rhétorique néolibérale. Le plan de métro est choisi pour sa référence populaire, sa facilité d'appropriation et puis surtout il permet d'illustrer : « le train des reformes ». Sa forme tentaculaire est voulue, on pourrait penser à une pieuvre ou peut-être à un crabe. La langue néolibérale serait-elle un cancer ?

(....)
Cette gouvernementalité trouve sa traduction néolibérale: LA GOUVERNANCE. C’est pour cela
que je place le terme Gouvernance au centre du plan. Il est le mot clef, l’oeil au travers duquel on regarde le monde.

(...)

En filagramme, j’écris LQR (en hommage à E.Hazan), Lingua Quintae Republicae pour rappeler la LTI de V. Klemperer. Mais en faisant attention de ne pas faire l’amalgame avec ce qu’il s’est passé sous le IIIème Reich. Je n’utilise pas le terme de novlangue car dans le roman de G.Orwell, la novlangue est imposée par un gouvernement (comme sous le 3ème Reich). Dans 1984 le pouvoir fait éditer de nouveaux dictionnaires officiels. Le seul rapprochement que l’on peut faire avec la LTI, c’est l’invasion du vocabulaire technique pour décrire des aspects de la vie. (« il est formaté » par exemple).

retrouvez la liste des mots ici et le texte complet d'explication et des indices de lectures

Prenez donc le temps de regarder de près cette carte et surtout de la faire suivre à vos contacts. D'accord ou pas d'accord nous sommes devant une synthèse critique parfaitement informée "(7 ouvrages récents en bibliographie) sur la langue de ce qu'on appelait il y a quelques années" la pensée unique" et qui de fait structure l'espace public.

Il me paraîtrait paradoxale que à l'heure où n'importe quelle carte estampillée web 2.0 fait le tour des blogs une telle  approche ne reçoive pas un minimum d'attention. Rendez vous dans quelques jours pour faire le bilan !

Premier effet en ce qui me concerne je m'attendais à trouver cette langue truffée de termes anglo-saxon ... On ne peut constater que le travail de localisation effectuée par nos dirigeants a été particulièrement efficace.

 

 

(1) Eh oui on en est là.

 

03/07/2008

12 à la douzaine

Le blog Flowing Data nous propose une galerie de 12 outils pour explorer les livres

visu boook.png

 

Bine sur cette liste n'est pas exhaustive mais les plus connus y sont représentés. Je demeure un grand nostalgique de ces écorchés ... mais le plus étonnant et poétique  reste pour moi les œuvres de Stephanie Posavec

28/02/2008

"une image, c'est une infinité de mots"

Il y a longtemps que je suis convaincu que l'on apprend souvent plus de chose lorsque l'on fréquente la (bonne) littérature plutôt que bien des essais à la mode (1).

La livraison de ce soir du Monde des Livres  nous propose une interview  de l'écrivain  Julian Rios où figure ces 2 perles : 

"Les oiseaux sont comme les idées. On pourait croire que leur manége est incohérent. Pourtant il y a un sens et une inspiration"

 et surtout :


"J'ai appris à lire dans la bibliothèque de mon grand-père. En fait, je regardais surtout les images : les gravures de Gustave Doré illustrant les classiques. Contrairement à ce que l'on dit, une image ne "vaut" pas mille mots, mais elle peut en faire venir une infinité. C'est ce qui s'est passé ..."

 

(1) Nul n'étant parfait ;-))et toute règle ayant des exceptions  je fréquente quand même assiduement les essais

27/09/2007

Humanité et cartographie métaphorique

James Turner, graphiste et illustrateur de BD basé à Toronto, a réalisé cette étonnante Carte de l'humanité

f7e6b1bdf93583a00d1a91efd60eba90.png

Joey deVilla. dans un billet sur son blog présente en détail ce travail monumental dans lequel "la philosphie, la cartographie et la condition humaine se recontrent"

 

 

c5f8a4a1f64e6c1c952b19e99446eb40.png

 Le territoire de la haine est ainsi baigné par le golfe de l'arrogance et comprend entre autres les provinces de la bigoterie et de l'esclavage.

 Si vous êtes observateur vous pourrez croiser , parmi des dizaines d'autres, Copernic, Descartes, les montagnes de Shakespeare (!) et quelques villes bien réelles dont Paris.

J'avais qualifié le XVII siécle finissant d'age d'or de la cartographie métaphorique.

A en juger par l'actualité des ces derniers jours ici la blogosphére est de train de nous refaire revivre une période exceptionnelle !

Vous pouvez acquérir cette carte de l'humanité pour 30 dollars  ici   

24/09/2007

Sous les couvertures

L'artiste Brian Dettmer pratique des autopsies de livres pour permettre de mieux visualiser le travail artistique qui est à l'intérieur.

Ses écorchés sont remarquables  : jugez plutôt ...

ede856f87ce66fef91eb71f8a80970eb.png

 

ou encore celui là

84669f471d21e23cfdbe8c1267fa8c34.png

 

via Boing Boing  

 

01/08/2007

Amour, trève estivale et cartes

Serial Mapper pour ce dernier billet avant ses vacances vous propose de sacrifier à l'un des marronniers de l'été à savoir l'amour  et sa kyrielle de fantasmes qui envahit les hebdomadaires.

Le phénomène ne date pas d'aujourd'hui puisque dès 1654 apparait en France la carte de tendre 

8f7f19b9163acc166d7763c8bb7a4d2d.png

 Le même thème est traité un siècle plus tard en Allemagne :

 

a26ee534e685ad68eb26d9d5fdbb6a1d.png

Des traces de cette quête peuvent égaiement être trouvée au début du 20 éme siècle aux États-Unis  sous forme de cette carte postale :

Lire la suite

29/07/2007

Moby Dick : roman carto-graphique

Saviez-vous que Moby Dick est truffé (hanté ?) de référence cartographique et pas seulement à cause de la circumnavigation folle de son capitaine  ? 

Dès le début de ce roman monde(s) Herman Melville nous avertit à propos d'une île 'très loin à l'ouest dans le sud, elle n'était portée sur aucune carte : les vrais lieux n'y figurent jamais".

 

Achab le capitaine mono maniaque n'en finit pas le soir de refaire ses cartes :

" la lourde lampe d'étain suspendu par des chaines au-dessus de lui allait et venait continuellement, pendant ce temps, balancée par le mouvement du navire, et jetait une succession ininterrompue de rayons et d'ombres sur les rides serrées de son front, au point qu'on eu dit que, tandis que le capitaine traçait lui-même ses lignes et ses routes sur les cartes froissées, un invisible crayon traçait de mêmes des lignes et des routes sur la carte profondément gravée de son front". 

 

Dans ce livre tout est prétexte à vision, des palimpsestes sont dévoilés dans les endroits les plus improbables

" Ma fidèle mémoire a gardé for net le souvenir des hiéroglyphes d'un certain cachalot, qui m'avaient frappé par leur ressemblance étonnante avec une reproduction que j'avais vue des vieux caractères indiens gravés sur les fameuses parois hiéroglyphiques du cours supérieur du Mississippi".

 

 Pas étonnant que cet ouvrage inspire depuis plusieurs années Justin Quinn qui transcrit certains de ses chapitres sous forme de labyrynte  textuel

ee12d714b427960594a165da1e0c1f6f.png

 Pour finir une dernière citation extraite de cet ouvrage qui s'applique bien (entre autre ... ) à l'actvité de blogueur :

"Il est des entreprises pour lesquelles un soigneux désordre est la méthode véritable"

 

Bref n'hésitez pas à vous lancer  dans ce monument de la littérature mondiale en ces temps estivals.

 

source : Moon river illiterate composition