16/04/2007

RECIT : une cartographique métaphorique des ouvrages numériques

J.-G. Ganascia (LIP6 Paris VI) part du constat que beaucoup de lecteurs impriment les textes électroniques avant de les lire.

Pour les lecteurs "le livre électronique est un livre amputé" . "Le texte défile dans une fenêtre étroite mais sans relief".(...) "Quant à l'épaisseur du livre imprimé qui permet d'apprècier à tout moment la quantité de ce qui est lu et de ce qui reste à lire, elle manque aussi". 

Il faut donc se donner comme ambition de "de visualiser la struture du document" ce qui équivaut à "cartographier son organisation générale".

L'auteur s'appuie pour se faire sur la table des matières rejoignant ansi les intuitions de l'historien Roger Chartier pour qui si le codex  était apparu après l'introduction de l'hyper texte ce type d'organisation aurait été alors perçue comme une innovation proprement révolutionnaire.

medium_recit6.png


Pour répresenter la topographie d'un livre  numérique J.-G. Ganascia propose d'utiliser une métaphore celle de la carte d'une île :.

"La forme plus ou moins échancrée, fait écho aux différentes parties (...)   Les lieux-dits, les promontoires, les presqu'îles correspondent aux paragraphes, aux sections, aux chapitres, etc."

 

medium_recit1.png

Le parcours de lecture peut facilement être matérialisé par un ruban coloré :

medium_recit2.png

Vous trouverez (entre autres) le détail de l'algorithme de construction de cette carte à partir d'un arbre (la table des matières) représentant la structure d'un document numérique dans le lien ci dessous.

Source : Ganascia, J.-G. RECIT : représentation cartographique et insulaire de textes. Colloque International sur la Fouille de Texte (CIFT), 2004.

Les commentaires sont fermés.